19/06/10 > 31/10/10

JOSEPH GRAU-GARRIGA

Musée des Beaux-Arts d’Angers, Cabinet d'arts graphiques


La généreuse activité créatrice de Joseph Grau-Garriga (1929, Sant Cugat del Vallès, Espagne) est redevable à son pays, la Catalogne, à son origine paysanne, à ses engagements dans l’art et la création. Cette alchimie préservée au fil des années a composé un ensemble majestueux et chaleureux, coloré et exubérant, enraciné et libéré à la fois.

Joseph Grau-Garriga n’a jamais cessé de créer et de chercher, néanmoins « fatigué du spectacle de l’art », il s’est « retiré loin du monde » en 1992, à Saint-Mathurin-sur-Loire, où il poursuit son travail qu’il avait commencé à Barcelone, puis continué à Paris ou à New York, plus lentement, plus calmement, dans un isolement propice aux grandes créations.

Des liens étroits se sont tissés avec Angers au fil du temps. Tout d’abord en 1989, lors de la commémoration du bicentenaire de la Révolution Française, où la ville d'Angers lui a donné carte blanche pour réaliser une installation au château d’Angers et présenter des dessins, peintures et tapisseries à l’abbaye du Ronceray, au musée des Beaux-Arts et au musée Jean-Lurçat et de la tapisserie contemporaine. Puis en 2002 le musée de la tapisserie contemporaine, l’abbaye du Ronceray et la salle Chemellier lui ont consacré une exposition rétrospective des années 1989-2002. Enfin l’artiste a fait en 2004 une importante donation à la ville, dont quelques œuvres sont visibles au musée de la tapisserie contemporaine.

Qu’il soit peintre, sculpteur, lissier, dessinateur, Joseph Grau-Garriga réalise une œuvre  qui se reconnaît à sa richesse, à son exubérance, à ses formes et à ses couleurs, à l’utilisation de tous les matériaux, des plus nobles aux plus modestes, et vice versa, ceux de son enfance rurale comme ceux que produit à profusion notre société de consommation.

Plus encore que l’œuvre peint ou tissé, son œuvre dessiné est très important, et s’y adonner est un besoin chez lui, comme en témoigne le nombre, voire la profusion des dessins aux formats très variés. Pour cette exposition dans le cabinet d’arts graphiques, la sélection propose un ensemble cohérent et représentatif qui s’échelonne de 2002 à 2010, à l’exception d’un dessin de 1995 qui introduit la série.
Sur de grandes feuilles de papier rehaussées d’encre délavée ou de gouache dont leur blancheur est laissée intacte, il dessine au crayon, à la plume acérée, au stylo à bille, au fusain, au pastel ou au pinceau, mais aussi à la bombe aérosol, sur d’autres les noirs disputent l’espace aux blancs, sur certaines il a collé des morceaux de papier déchiré qui permettent des repentirs ou des agrandissements, ou qui introduisent des saynètes narratives.

En les regardant, on contemple de grands ciels lumineux et emplis d’une lumière grise ; des masses compactes parfois transpercées de la fulgurance d’une blancheur, plus ou moins denses, pleines de noirceur tourbillonnent. Ses dessins combinent expressionnisme et humanisme. L’homme est là, dessiné, portraituré, parfois son visage est rayonnant, d’autres fois apeuré, terrifié, il s’attriste sur son incommensurable misère, avec inquiétude ; à quoi peut-il encore prétendre ? Le monde est là, fourmillant, lumineux, essentiel.
La poésie de ses dessins, témoigne pour la vie, une vie fragile qui nécessite vigilance pour déjouer l’inquiétude.


Musée des beaux-arts d'Angers

32 Rue Lenepveu  49100 Angers


Tél. 02 41 05 38 00    

http://www.musees.angers.fr

Horaires d'ouverture : tous les jours de 10h à 18h30

1. legende temporaire

legende temporaire image