05/06/10 > 04/07/10

Michel Jouet

L'Atelier, Nantes


Michel Jouet a commencé à peindre et à exposer dans les années soixante-dix avec des artistes comme Jean Gorin, François Morellet, Luc Peire, Michel Seuphor…,  des artistes dits de l’« abstraction géométrique ».
Comme tous les artistes qui ne s’enferment pas dans la production d’un système, Michel Jouet a évolué avec le temps ; son œuvre a naturellement été influencée par ce qui s’est passé dans l’art du XX° siècle. Mais il a toujours cherché, à travers ces influences, ces découvertes partagées, à développer des propositions ouvertes.

Comme l’art minimal, son œuvre met en jeu des formes simples, dans lesquelles la personnalité de l’artiste semble disparaître ; il accorde une grande importance à la simplicité, à l’évidence des matériaux, il utilise des couleurs sans nuances, sans matière. Mais ses œuvres expriment toujours une certaine poésie, quelque chose de l’ordre de l’incertitude. En ce sens il est sans doute, la plupart du temps, plus proche d’un Dan Flavin que d’un Carl Andre.
C’est ce qui fait que Michel Jouet est certainement, aux côtés de Gottfried Honegger, Vera Molnar, François Morellet, Yves Popet, Sigurd Rompza,… un des artistes les plus emblématiques de l’art « construit » d’aujourd’hui.

Michel Jouet a souvent évoqué le rapport qu’il pouvait y avoir entre son travail et l’architecture.
Comme un architecte, Michel Jouet construit avec des contraintes, des matériaux, assemble des éléments souvent « simples ».  Et ses œuvres semblent avoir été faites pour s’inscrire dans une architecture contemporaine.

Mais surtout, ce qui , dans le travail de Michel Jouet, a à voir avec l’architecture, c’est la pureté sur laquelle reposait et que traduisait le dessin d’architecture, la façon dont une (belle) architecture peut être non pas une masse pesante mais un espace évoquant une idée, un souffle, un rêve. Et ce n’est pas un hasard si Michel Jouet évoque les œuvres d’architectes comme Le Corbusier, Franck Lloyd Wright, Oscar Niemeyer, Tadao Ando…
Michel Jouet fait sans aucun doute partie de ces artistes de « l’art  construit », qui, à la suite de Mies van der Rohe, peuvent proclamer : less is more !

(Exposition organisée avec le concours de la Société des Amis du Musée des Beaux-Arts de Nantes)

L’Atelier
1, rue de Chateaubriand – 44000 Nantes

1. legende temporaire

legende temporaire image