01/04/10

la fenêtre fraîche

École supérieure d'art de Quimper


Jeudi 1er avril 2010 un nouvel espace verra le jour dans les murs de l'école supérieure d'art de Quimper.
Le terme dans les murs est vraiment à propos puisque  la fenêtre fraîche est une galerie dissimulée dans l'épaisseur du mur de l'école. Un espace interlope qui reprend la forme d'une des fameuses pièces de Duchamp "Fresh widow" [1]1.« Ce modèle réduit d'une fenêtre à la française fut exécutée par un menuisier new-yorkais en 1920. Pour le terminer, je remplaçai les vitres par des carreaux de cuir, dont j'exigeai qu'ils fussent cirés chaque jour comme des chaussures. Cette "French Window" fut baptisée "Fresh Widow" (Veuve impudente), calembour assez évident. » Marcel Duchamp, DDS p.227 pour mieux se camoufler dans l'espace interstitiel de la fenêtre qui sépare l'école de l'espace public.
Une galerie interlope puisqu'elle ne sera visible que la nuit et comme une bouteille jetée à la mer cet espace d'exposition ne sera perceptible que lorsque l'école aura fermé ses portes.
Si l'on se laissait aller à penser une école d'art comme un vaisseau ou un corps, l'atelier technique pourrait en être la salle des machines ou le coeur battant. Dans l'ancienne caserne qui accueille les Beaux Arts, il est l'un des indicateurs d'une activité artistique dans ce bâtiment aux contours austères.
Aussi c'est la marge de ce lieu que nous avons décidé d'investir dans le cadre de la plate-forme sur l'espace public et plus précisément l'une des fenêtres de cet atelier technique.

Nous sommes heureux d'ouvrir cet espace un premier avril, moins pour les échos facétieux que cette date pourrait entretenir avec ce commerce frauduleux que serait de proposer de l'art en dérives nocturnes, mais bien plus en clin d'oeil à la première école du Bauhaus inaugurée à Weimar le 1er avril 1919 et fermée le 1er avril 1925. Un désir, pour une galerie qui s'immisce dans les temps morts d'un atelier technique, de faire résonner une fois encore cette pulsation de vie, d'échanges et de porosité entre les domaines du savoir, des techniques et des arts au coeur des projets du Bauhaus.

Pour l'ouverture de cet espace Agathe Pamart et Tristan Fraipont, deux étudiants de 3ème année, nous proposent une pièce mystérieuse "Love is what happens when the music stops" qui se joue d'échos à la naissance d'un lieu et renforce par sa radicalité les enjeux d'une galerie nyctalope.
Rien ou presque malgré cette espèce de white cube de 40 cm de profondeur par 250 cm par 140 cm ne sera à voir si ce n'est le battement d'un coeur mécanique accueillant les débuts d'une vie.
Ce rythme naissant s'invite comme une free party silencieuse dans la fenêtre-vitrine. "Love is what happens when the music stops" fait référence à la poésie beat d'Adrian Henry qui depuis le swinging Liverpool des Beatles nous permet encore de penser aux possibles qui se constitueraient lorsque la musique s'arrête. Un mur d'enceintes dématérialisé pour un sound system d'infra-basses dissimulé derrière les vitres miroirs. Ce battement silencieux n'est visible que par les mouvements de vibration des vitres de la fenêtre fraîche. Un son muet et profond perceptible seulement par son écho visuel en surface, voilà de quoi augurer de beaux lendemains d'articulations délicates sur ce qu'il nous est donné à voir et à créer dans une école d'art aujourd'hui et cela même la nuit.
(Bruno Peinado)


Ecole Supérieure d'Art de Quimper
8, Esplanade François Mitterrand
29000 Quimper

Tél : (33) 02 98 55 61 57
Contact@esbac-quimper.org
http://www.esbac-quimper.org

1. legende temporaire

legende temporaire image