30/04/10 > 18/07/10

Damien MARCHAL

La Criée, Rennes


Garbage Truck Bomb (Le bombardier du pauvre),  dans le cadre des Ateliers de Rennes - Biennale d'art contemporain.

Damien Marchal étudie les problématiques liées au son qu’il utilise comme matériau pour élaborer ses œuvres.
Le son, comme élément fondamental de processus de création, est pour lui un moyen de s’inscrire dans une pratique contemporaine. Cette pratique se matérialise sous la forme d’installations, de performances et de dispositifs interactifs. La réorchestration de matériaux sonores considérés comme nuisances ou parasites est une problématique récurrente dans les expérimentations de l’artiste. Ainsi avait-il composé en collaboration avec Pauline Boyer et Hans Kühl, une pièce pour duo destinée à une moto ZX10R et un ordinateur, en écho aux partitions libre de John Cage.

Pour La Criée, il crée un dispositif sonore qui se déploie dans l’espace à partir de l’ossature bois d’un camion- poubelle réalisé à l’échelle 1. Ce véhicule dissimule un détonateur GSM cellulaire qui peut déclancher à tout moment une déflagration sonore et violente. Les bouteilles de gaz, éléments constitutifs d'attentats à la bombe, sont détournées pour être transformées en diffuseurs sonores.
Garbage Truck Bomb pose en son coeur la question du passage à l'acte et se fonde sur la prise de décision du public. Face à l'oeuvre, le visiteur est en effet contraint de décider de sa position. Il a le choix d'activer ou non le dispositif de déflagration, au moyen de son téléphone personnel.
Ce dispositif nous amène à un questionnement sur la place du spectateur, le rapport à l'oeuvre et aux lieux d'exposition. Sans la participation du public, l'oeuvrereste incomplète. Le visiteur peut donc choisir de rester observateur ou de déclancher le dispositif, tel un activiste.
Cette possibilité d'investissement renvoie également à la relation que nous entretenons à l'information, celle véhiculée par les médias et au contexte géopolitique. La voiture piégée est aujourd'hui une arme utilisée à l'échelle mondiale par des groupes activistes qui revendoquent leur idéologie par la force et la violence. L'exaction a pour but de faire parler d'elle. Dès lors, comment se positionne-t-on par rapport à ces faits ?
Actualisant des événements passés l’artiste porte un regard sur une réalité actuelle et à venir. On peut alors se demander quelle position chacun adoptera face à un tel dispositif, considérant ce que représente cet acte.

Dans un article intitulé L'art de frapper (les esprits) paru dans L'atlas du terrorisme (Hors-Série du "Courrier International", mars-avril 2008), Rachel Campbell-Johnston décèle les points communs et différences fondamentales entre l'artiste et le terroriste : "Il existe entre le terrorisme et l'art une étrange relation, un peu tordue. Les deux ont besoin d'un public pour exister... Mais il existe une différence de taille. la violence des terrioristes vise à clore le débat, l'art fait le contraire, il propose des questions pas des réponses".

(Extraits du dossier de presse et de la notice distribuée dans l'exposition)


La Criée 
centre d’art 
contemporain
Place Honoré Commeurec 
35000 Rennes  
Tel. +33 (0)2 23 62 25 10
la-criee@ville-rennes.fr
www.criee.org

1. legende temporaire

legende temporaire image