30/01/10 > 07/03/10

Gaël Grivet

Bon Accueil, Rennes


Zythum
Tenter d’expliquer un double-entendre (prononcer le premier mot «à l’anglaise» et le second «à la française») est aussi vain que de  lire consciencieusement  un dictionnaire page après page à la manière d’un roman en espérant pouvoir ainsi  percer le mystère du langage. Mot après mot, le dictionnaire dévoile son principe d’organisation, si peu évident du temps de Jean de Gênes, qu’il dut agrémenter d’une longue préface son Catholicon[1]1.Ouvrage de grammaire latine achevé en  1286, pour exhorter le lecteur de faire l’effort de comprendre  le classement par ordre alphabétique.

Hormis le fait d’offrir un classement systématique fondé sur les semblances et dissemblances de mots pris un à un, le classement alphabétique à l’avantage, ou l’inconvénient, de créer une discontinuité de sens en se faisant rencontrer des mots sans tenir compte de leur signification, et inversement d’éparpiller ceux liés à un même sujet.

Dans ce bel ordre «zythum», mot semblant tout droit sorti de l’Ursprache de la planète Tlön de Borges[2]2.« Tlön, Uqbar, Orbis Tertius », in Fictions, Gallimard, Paris, 1974, vient en dernier comme situé au bord d’un précipice  où  s’arrêterait le langage. Peu importe ici le sens de ce mot, ce qui a attiré l’attention de l’artiste, c’est sa place, il est l’omega du dictionnaire, le dernier rempart avant la fin du langage. Grâce au principe de contexture (agencement des différents éléments d’un tout complexe) Gaël Grivet, tout comme le fait le personnage principal de L’Homme  Dé[3]3.Roman américain écrit par Luke Rhinehart et publié en 1971 se libérant du carcan des convenances en jouant sa vie aux dès,  déconstruit, désorganise cette exposition en agençant des œuvres préexistantes et des documents trouvés. Zythum se constitue aussi bien d’installations, d’objets numériques, que de sérigraphies : « il y a des matériaux physiques et des matériaux conceptuels en interaction qui s’articulent dans l’élaboration d’une pièce. »

Dans cette articulation, l’œuvre Quid pro quo, sorte de précipité de lumière, symbolise ce cône d’incompréhension, qui sépare la réalité objective de notre perception du monde. Tout comme l’image du drive-in faisant partie de l’installation Cavale. En l’absence de légende, cette image évoque plus une rampe de lancement d’engins spatiaux que celle d’un drive-in situé à Téhéran. Coûte que coûte, il faut  trouver du sens, quitte à trouver la première interprétation de l’image plus plausible que la seconde.

A l’occasion de cette exposition, est publié le texte Patterns d’hésitation de Carla Demierre, auteure basée à Genève.


Bon Accueil
74 Canal Saint-Martin 35700 Rennes  
contact@bon-accueil.org
www.bon-accueil.org

1. legende temporaire

legende temporaire image