30/03/10

L’enseignement des arts à l’épreuve de la modernité

Ecole supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole


Le colloque a pour objet de mettre en perspective les mutations pédagogiques et les transformations administratives qui ont affecté l’enseignement des arts visuels à partir de l’époque des avant-gardes historiques.

Pourquoi et comment enseigner l’art aux XXe et XXIe siècles ? La formation artistique a dû justifier sa fonction au sein des enseignements traditionnels en incorporant à son programme didactique les idéaux et les pratiques de la modernité. Le mythe charismatique du créateur incréé, l’idéologie de l’originalité, l’impératif d’expressivité immédiate, le mythe de l’autodidaxie ont mis à mal le modèle courant de transmission des savoir-faire et des idéaux professionnels hérité de la période académique. Les exercices traditionnels, fondés sur la pratique du dessin et sur la reproduction des formes du corps humain, ont été rejetés. Les principes du modernisme artistiques ont cependant difficilement trouvé un modèle pédagogique efficace qui puisse accomplir la tâche de la formation des artistes. Comment former les artistes si l’art est une pratique qui relève de l’intuition individuelle ?

Comment enseigner l’originalité ? Le colloque sera l’occasion de revenir sur cette transformation difficile des missions des écoles d’art et d’examiner les différentes solutions expérimentées pour accorder l’enseignement artistique aux nouveaux idéaux de l’avant-garde et aux enjeux des transformations sociales.

Cette manifestation fait suite à un colloque, organisé par le département d’Histoire de l’Art et Archéologie de l’Université de Nantes, dont les actes ont été publiés en janvier 2010, sous le titre Les politiques d’éducation artistique en France. XVIIIe-XXIe siècles. Du modèle académique et scolaire aux pratiques actuelles. Il s’inscrit également dans le cadre de l’ELIA, manifestation réunissant différentes écoles d’art européennes, que l’École Supérieure des Beaux-Arts de Nantes Métropole organise en octobre prochain. Cette première session reviendra sur les évolutions du système d’enseignement des arts au XXe siècle. La seconde exposera, en deux journées, différentes expériences concrètes d’enseignement artistique en Europe.

Alain Bonnet


10h00 : Présentation par Pierre-Jean Galdin, directeur de l’esbanm et Jean-Sylvain Bieth, co-organisateur du colloque avec Alain Bonnet.
10h30 : Alain Bonnet. La fin du modèle académique de la formation artistique.
11h30 : Claire Maingon. De l’école des Beaux-Arts aux ateliers libres de Paris. Exemples et trajectoires d’artistes dans les années 1920-1930.
14h30 : Annie Verger. Intellectualisation du champ de l’enseignement des arts plastiques. L’ENSBA avant et après 1968 : de la loge au site.
15h30 : Jean-Miguel Pire. Enseigner l’art à l’école et à l’université. Les enjeux de la création du département universitaire, du CAPES et de l’agrégation d’Arts Plastiques.
16h30 : François-René Martin. La tradition comme valeur artistique et son déclin dans l’enseignement à l’école des Beaux-Arts au XXe siècle.

Amphithéâtre de l’école supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole


Ecole supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole
Place Dulcie September - BP 20119  44001 Nantes cedex 1  
Tél. 02 40 35 90 20  
contact@esba-nantes.fr
www.esba-nantes.fr

1. legende temporaire

legende temporaire image

pièces jointes :

> nantes teachig