09/01/14 > 31/01/14

EESAB. SITE DE LORIENT. Janvier 2014


Jeudi 9 janvier 2014 – 18h
Conférence : Philippe-Alain Michaud, commissaire de l’exposition «Hans Richter, la traversée du siècle », Centre Pompidou-Metz
De la première guerre mondiale à la révolution spartakiste, de la République de Weimar à l’avènement du nazisme et aux persécutions antisémites, de Zurich à Berlin et à Moscou, jusqu’à New York où il émigre au commencement des années 1940, Hans Richter (1888-1976) a connu tous les événements, souvent tragiques, qui ont marqué l’Europe du XXe siècle. Mais son existence se confond aussi avec l’histoire de l’art du siècle dernier : issu de l’expressionnisme, à la croisée du mouvement dada, du constructivisme et du néo-plasticisme, il est l’un des acteurs majeurs des avant-gardes des années 1910 et 1920, servant de catalyseur entre intellectuels et artistes venus de tous les horizons et de toutes les disciplines.Il accompagne ensuite le basculement de la scène artistique de l’Europe vers les Etats-Unis et contribue, à travers son enseignement, ses publications et ses expositions, à écrire l’histoire du mouvement moderne auquel il avait activement participé et à constituer un nouveau système des arts dans lequel le film occupe une place déterminante.

Jeudi 23 janvier 2014 - 18h
Conférence : Alexandre Roccuzzo, "Grands et petits manifestes de l'histoire de l'art". Conférence et performance oratoire, avec la participation de trois étudiants de l'EESAB-Lorient : Quentin Prigent, Elliot Le Nan, Quiang Luo.
De Sainte Beuve à Marinetti, de Tzara à Vasarely en passant par Marx, Engels et Debord, les manifestes ont abreuvé depuis 300 ans les sociétés occidentales de déclarations écrites et imprimées. Faits pour être diffusés, et donc lus, les manifestes sont des déclarations d’intentions et de positions. Adoptés au XIXe siècle par ce qui deviendra le mouvement ouvrier, les manifestes deviennent une tradition de la revendication politique. Très vite assimilés par les artistes des avant-gardes du débutant XXe siècle, ils doivent structurer la réalité artistique à venir contre celle du passé. L’imprimé leur assure une diffusion optimale dans la société mais ceux-ci, hautement déclamatoires, prennent une toute autre consistance, lorsqu’ils sont lus, prononcés, oralisés.


EESAB. Site de Lorient

1 avenue de Kergroise 56100 Lorient
02 97 35 31 73

www.eesab.fr

1. legende temporaire

legende temporaire image