08/03/10 > 02/04/10

EXTENSION DU DOMAINE DE LA RÉALITÉ

École régionale des beaux-arts de Rennes


Extension du domaine de la réalité
Le titre de cette exposition fait écho au roman controversé de Michel Houellebecq (Extension du domaine de la lutte) pour proposer une version alternative de la réalité investie par les artistes. Loin d’en accepter la définition restrictive et pesante, ils explorent les dimensions d’un quotidien réinventé, dépaysé, renouvelé.

Les Artistes :

Joël Bartoloméo
Avec une camera qui filme sur le vif un quotidien tout à fait ordinaire, la vie de famille devient un véritable terrain d’aventures. L’artiste en saisit les moments d’exception, en retient certaines situations, réjouissantes ou émouvantes. Dans ces films, la vie, improvisée au jour le jour, fait son cinéma.

Antonio Caballero
L’univers de Caballero appartient à la modernité des années 70. Ses photographies mettent en scène des personnes et des espaces qui deviennent acteurs et décors. L’intrusion d’une fiction cinématographique vient scénariser la banalité du quotidien.

Yona Friedman et Jean-Baptiste Decavèle
Yona Friedman et Jean-Baptiste Decavèle s'interrogent : faut-il réinvestir les lieux de mémoire collectifs et individuels tant contestés, et si oui, comment et pour qui ? De ce questionnement naît une île fictive, Balkis-Island, créée à partir de photographies de Jean-Baptiste Décavèle sur lesquelles Yona Friedman dessine une possible « ville-spatiale », représentation privée et potentielle d'un espace social de l'habitat.

Simon Faithfull
Escape Véhicule
(2004) transgresse les limites de notre espace réel. Une humble chaise s’envole dans les airs et nous transporte soudain au-delà de la stratosphère. En faisant appel à la fiction, Faithfull nous rappelle que les dimensions de notre réalité ne se réduisent pas à celle des meubles de notre appartement.

Anthony Hernandez
Anthony Hernandez nous propose de pénétrer le monde des déjections, celui des égouts, non-dits culturels que l'on préfère ignorer. A travers ses photographies, il offre au spectateur une vision esthétisée et spectaculaire des soubassements immondes de notre société.

Philippe Million
C’est tout en simplicité et avec humour que les propositions de Philippe Million taquinent notre rapport à l’objet. L’artiste opère sur un double terrain : celui de l’art et celui du design, dont il transgresse les frontières. Ses meubles sortis de leur utilité quotidienne naviguent entre deux eaux. Ainsi la fonctionnalité de l’Etagère (2008) est mise en doute tandis que son caractère de sculpture post-minimale s’affirme.

Anita Molinero
L’artiste travaille avec les matériaux les plus banals de notre environnement. Ces dernières années, elle torture poubelles, bacs et plots de signalisation en plastique... Il en résulte une sculpture aux allures d’effets spéciaux relevant de l’esthétique de la coulure, de l’éviscération, de l’affaissement, de l’effondrement.

David Renaud
Le travail de David Renaud propose au spectateur une réflexion sur la relation que l'on entretient avec l'espace réel et l'espace symbolique. Il développe l'idée d’un monde paradoxal dont l’accès devient aujourd’hui de plus en plus banalisé, fréquenté, et où les zones inconnues se déplacent vers des territoires virtuels.

Max Rohr
Dans les peintures de l’artiste, les situations représentées sont anodines mais elles habitent un espace complexe aux dimensions multiples. Les corps, clefs de lecture de ses toiles, participent de la construction d’un espace aux perspectives fragmentées.

Simon Willems
L’artiste occupe le terrain de la peinture pour mettre en scène un conflit non résolu entre la réalité et l’imaginaire. Il se nourrit de références à la science-fiction tout autant qu’à l’histoire de l’art. Dans ses toiles, l’espace pictural est habité par des situations fictionnelles et la réalité est colonisée par une imagerie à la fois étrange et familière qui véhicule drames et doutes.

Heidi Wood
Le travail d'Heidi Wood propose une réappropriation d'images produites par la culture de masse qu'elle conjugue à une histoire de la peinture chargée des acquis de la modernité. Les formes du modernisme sont transposées dans un espace domestique.


L’exposition bénéficie de la collaboration des galeries Anne Barrault, Alain Gutharc et Polaris.

 

École régionale des beaux-arts de Rennes
34 rue Hoche  F‑35000 Rennes

Tél. 33 (0)2 23 62 22 60
fax:
erba@ville-rennes.fr
www.erba-rennes.fr

1. legende temporaire

legende temporaire image