04/02/14 > 28/02/14

EESAB. Site de Rennes. Février 2014


Mardi 4 février
L'école reçoit à l'occasion de LA PERMANENCE, une oeuvre de Tino Sehgal, un cycle de projections du CNAP et une conférence de l'artiste Nicolas Brasseur.
Pour ouvrir La Permanence, le Musée de la danse a choisi dans les collections du CNAP une série d'œuvres inclassables, des performances ou des vidéos qui toutes prolongent, interprètent ou déplacent la question de départ : comment exposer le corps en tant que puissance de perturbation, énigme adressée à la perception ?
Passant l'histoire de l'art aux rayons X, usant de la reprise, de la réinterprétation, de la désorientation, ces œuvres fabriquent en filigrane des fragments de danse, de poésie, de cinéma.
De la performance "Kiss" de Tino Sehgal, pendant laquelle un couple réinterprète les baisers célèbres de la peinture, à "Pornographie" d'Édouard Levé, élaborant une grammaire des gestes classés X, elles soumettent la vision à une reconnaissance troublée.
Donnant le « la » du cycle à venir, cette ouverture propose une permanence exponentielle, où les spectateurs découvriront chaque semaine une nouvelle œuvre, un nouveau rapport - comme un scénario en perpétuelle réécriture.

Du 4 au 7 février
Tino Sehgal, Kiss, 2004. A voir dans la bibliothèque de l'école
Kiss est une pièce chorégraphique mise en scène par deux danseurs qui, au cours de leur évolution, passent par différentes positions évoquant les baisers célèbres de l’histoire de l’art. À la fois objet sculptural et œuvre contemplative, Kiss met en scène le corps des danseurs selon une chorégraphie lente et déterminée. En s’étreignant à la manière de chefs d’œuvres historiques, la pièce-performance interroge les limites entre l’œuvre originelle et ses possibles reconstitutions, entre représentation et artificialité, engageant implicitement le visiteur au sein d’une expérience personnelle et intime.

Du 6 au 14 février 2014
Exposition "Nous construirons 35 hectares sous la lune."
Cette exposition est la restitution des premiers travaux d'investigation plastique d’étudiants de l’EESAB-site de Rennes sur la ZAC Baud-Chardonnet.
L'exposition présentée dans le cloître de l’EESAB, donne à voir les premières réactions qu’ont eues les étudiants à un programme d'aménagement qui débute.
L’attention des étudiants s’est portée sur la ZAC Baud-Chardonnet autant en « projet » qu’en « l’état », c'est-à-dire que leurs propositions marquent l’écart qui peut exister entre un projet d’urbanisme structuré et projeté comme un ensemble cohérent avec l’état actuel marqué par les terrassements qui annoncent le changement. Leur intérêt va donc d’une attention portée au chantier lui-même, dans sa dimension géographique de paysage urbain/péri-urbain qui se transforme, à des projections et des utopies sur ce que peut être le devenir d’un tel lieu, en dépassant les contraintes intrinsèques du projet et en en déplaçant les enjeux.
Étudiants participants :
Margaux Bez - Gauthier Chambry - Guillaume Coutances - Clémence Esteve - Samy El Ghassasy - Robin Garnier - Thierry Gilotte - Michaël Harpin - Lucie Riou - Mélanie Villemot.
Sous la direction de François Perrodin, enseignant-plasticien.

Jeudi 6 février, 17h00

Loïc Touzé et Jocelyn Cottencin : Présentation de leur spectacle, "Ô Montagne", présenté au TNB (du 4 au 8 février 2014).
Loïc Touzé est chorégraphe et danseur. Jocelyn Cottencin est artiste visuel et scénographe.
La conférence reviendra sur les différentes modalités de leur collaboration, rejouée pour chaque projet. Plus qu’une présentation des œuvres, il s’agira de revenir sur la partie invisible de leur processus de création et la circulation organique entre l’idée et l’espace qui occupent le plateau du théâtre.

Samedi 8 février 2014, de 18h 00 à 20h 00
Immersion à la Chapelle
- Perturbations spatiales
Performance sonore développée sous la direction de Duncan Pinhas. Avec Morgan Azaroff, Octave Courtin, Valentin Gabelier, Laure Mathieu, Tristan P.Chopin, Lucie Quita, Eva Reboul, Théo Tanaka (étudiants en "pratiques sonores" à l'EESAB).
- La montagne tombe sans cesse (version 3). Performance sonore multi-diffusion et support vidéo de Luc Larmor (enseignant-artiste à l'EESAB).
(Chapelle du conservatoire. 26, rue Hoche 35000 Rennes)

Jeudi 13 février, 17h30
Cycle de projections d'oeuvres vidéo du CNAP
Vidéos de Robert Filliou

Samedi 15 février, de 10h à 18h
Journée Portes ouvertes
10h30 et 14h30 : présentation de l’école et des cursus DNAP et MASTER en Art, Design et Communication/Design graphique par la direction.
11h30 et 15h30 : visites guidées par les étudiants : ateliers des étudiants, bibliothèque, labo photo, studios de son et de vidéo, ateliers de sérigraphie, de bois, de métal, de moulage et de résine, etc.
Et toute la journée : des expositions, des performances et des rencontres avec
les enseignants et les étudiants.

Mardi 18 février 2014, 17h30
Conférence Design graphique : Studio R2 Design

Du 18 au 28 février
Exposition L'effet Cindy (Alisson Schmitt & Zoé Maltot)
L’époque actuelle est pétrie de visions stéréotypées qui participent à la construction des définitions de l'apparence et du genre.
"L'effet Cindy", (clin d'oeil à Sherman, Crawford, et autres Cindy adorées) examine l’individu face aux mécanismes de l'identification et de la reconnaissance sociale.
Dans un jeu d’illusions, reflets et télescopages, nous cherchons par nos productions respectives à provoquer des glissements et à semer le doute.
(Galerie des Loges)

Du 19 février au 4 mars
Exposition : Carolina Malagamba, "Le Détail Éphémère"
Dans le cadre de l'échange avec l'Escuela Superior de Artes de Yucatán (ESAY) au Mexique, l'EESAB reçoit l'étudiante Carolina Malagamba en résidence pendant 4 mois. Cette exposition présentera l'ensemble de ses recherches réalisées lors de cette résidence à l'EESAB.
"La série présentée dans cette exposition aborde la question de la mémoire, de ce que l’on retient d’un voyage, pendant et après qu’il ait eu lieu.
Les pièces réalisées pendant ma résidence à Rennes sont le résultat d’une recherche autour de l’enregistrement par l’esprit de certains éléments de sens, et de la nécessité de fixer ces éléments avant que les effets de la distance et du temps ne s’appliquent à en faire disparaître le détail."
(Bibliothèque de l'école)

Mercredi 26 février 2014, 18h
Conférence de Jean-Pierre Cometti : "Black Mountain College : les arts et l’apprentissage de la démocratie".
De 1933 à 1957, le Black Mountain College (USA) fut le théâtre d’une expérience qui occupe une place très particulière, dans l’histoire américaine de l’art, souvent occultée par les historiens, en dépit du rôle qu’y jouèrent quelques-uns des artistes les plus significatifs du xxe siècle. Les raisons de cet état de chose sont de différentes natures. Si toutefois on veut en comprendre l’originalité — et peut-être l’obstacle que cela représentait pour une « histoire sainte » —, il convient de s’attacher à cette expérience en tant que telle, à ce qu’elle a représenté de déroutant, et en particulier au sens « politique » dont elle est investie. Si l’art devait y occuper la première place, ce ne fut pas au sens d’une école des beaux-arts ou d’un établissement de ce type. Pour ses fondateurs, largement marqués par les idées de John Dewey, Le Black Mountain College était destiné à former des individus libres et autonomes et les arts devaient y contribuer à un apprentissage de la démocratie.

Jeudi 27 février, 17h30

Rencontre avec le photographe Nicolas Brasseur à propos de son projet photographique autour de l'œuvre d'Edouard Levé.
Ce projet photographique consiste à la réactivation d'une oeuvre de l’artiste plasticien Édouard Levé. Son livre "Oeuvres", sorti en 2002 chez P.O.L, est un recueil d’environ 500 descriptions d’oeuvres non réalisées : “ Un livre décrit des oeuvres dont l’auteur a eu l’idée, mais qu’il n’a pas réalisées.” Il s’agit de brèves descriptions à la manière de modes d’emploi ou recettes de cuisine laissés par Levé et suffisamment précises pour que l’on puisse mettre en oeuvre le protocole nécessaire à leur réalisation. Nicolas Brasseur a choisi de réaliser l’oeuvre numéro 220 : « Un livre de 480 pages, dont 467 comportent chacune neuf illustrations couleur, dresse un inventaire photographique de 4200 postures possibles du corps. Le modèle est nu devant un fond gris. Chaque posture est une combinaison ABCDE. Cette oeuvre repose largement sur la participation d’un modèle danseur. La question de la posture, du geste, du rapport au corps est au coeur du projet. Le résultat sera la confection d’un livre de ce répertoire au sens strict des 4200 combinaisons possible du corps.



EESAB-site de Rennes
34 rue Hoche - 35 000 Rennes
Tel : 02 23 62 22 60
erba@ville-rennes.fr
www.esab.fr

1. legende temporaire

legende temporaire image