24/04/12 > 02/06/12

Silke Silkeborg. Marie Monteiro. Maya Weyermann

Galerie V, La Rochelle


Silke Silkeborg
La nuit est aussi un soleil

" Je peins la nuit, et sur place pour sentir la profondeur du descriptible.
Il est important pour moi de pouvoir comparer le visible et l'invisible de la nuit et ce pour chaque sujet, car c'est seulement en faisant cet effort que toutes les facettes de la pénombre trouvent leur juste place.
Mes compagnons de nuit sont mes fournitures de peintre et ma lampe à pétrole.
J'ai besoin de la lampe pour voir les couleurs sur ma palette et sur la toile.
Mon travail suit trois axes de questionnement :
- Quelles sont les couleurs de la nuit ?
- Combien de nuit différentes existe-t-il ?
- Avec quelle précision puis-je retranscrire l'absence de lumière dans mes toiles ?
Mon but est d'explorer les clichés nocturnes qui existent déjà et provoquer une expérience
nouvelle et différente de la nuit.
Pour y parvenir, je chasse la dissolution du concret dans la nuit.
J'essaye de découvrir l'abstraction plutôt que de la créer.
Et j'explore comment il est possible d'obtenir des couleurs distinctes avec une palette de couleurs sombres sur des fonds sombres.
Le spectateur doit s'investir un minimum dans l'observation de mes tableaux. Cela requiert un degré élevé de concentration. Mais une fois que l'oeil a eu le temps de s'ajuster avec le fond sombre, les paysages nocturnes sont facilement discernés.
De plus, je garde un journal à propos de mes sessions de peinture nocturne comme un élément de mes recherches.
J'explore aussi d'autres aspects de la nuit comme les cauchemars dans mon travail de studio."  (Silke Silkeborg)

Marie Monteiro
Reverso

" Reverso, c'est le monde pris à l'envers. Upside-down, sens dessus-dessous. Mais chacune de ces photographies est bien un endroit -dans tous les sens du terme: une part de paysage, rural ou urbain, et une façon de montrer que le haut pourrait bien être le bas, que les choses sont ce que l'on en fait, pas nécessairement ce qu'elles nous montrent.
Photographier, c'est déjà ne pas reproduire la réalité mais en transmettre seulement une part, forcément déformée (ou reformée) par soi, par le regard que l'on porte.
Dans cette série, le parti pris de la subjectivité, c'est l'envers. Plus exactement, le sens - la quête du sens – dessus-dessous. Un paysage, rural ou urbain, le dessin d'un cours d'eau, les frondaisons d'un arbre, les lumières de la ville, la nuit, le jour, les reflets, la lueur et l'ombre, le ciel qui devient un labour ou telle avenue mouillée de pluie qui se mue en voûte céleste.
Au déclenchement de ma prise de vue je pense à l'envers : un buisson devient nuage. Je compose upside-down, je tombe -à la renverse- dans le monde de Lewis Carroll, plein de glissements et de miroirs. " (Marie Monteiro)

Maya Weyermann
« Regards sur Chandigarh »

De nos jours, les architectes européens sont souvent choisis pour créer des villes à l'autre bout du monde. Cela pose beaucoup de questions : qu'arrive-t-il si l'architecture est "exportée" hors de la société de laquelle est est originaire ? Comment "les autres" changent ces espaces et comment ces espaces changent quand on les voit au travers des yeux des "autres" ?
Intéressée par l'exploration de combien la perception spatiale est influencée par le milieu culturel, l'artiste Maja Weyermann s'est rendue à Chandigarh, une ville bâtie par Le Corbusier pour une population du nord de l'Inde il y a 50 ans. Contrairement aux tentatives de Le Corbusier de comprendre la culture indienne, le design utilisé fut très largement influencé par le concept européen d'espace.
La question est : cela fonctionne-t-il ? Comment les habitants du Punjab ont-ils utilisé l'architecture de Le Corbusier : l'ont-ils acceptée ou bien refusée ?
Maja Weyermann nous donne sa perception de ce qu'est Chandigarh aujourd'hui avec sa
production visuelle. Les photos montrées à galerie V sont une partie des études de la série "Chandigarh" - ce sont des extraits visuels de son carnet de voyage à Chandigarh

Vernissage le jeudi 26 avril à 19h 00


Galerie V
5 rue St Michel, 17000 LA Rochelle
www.galerie-v.com

Mardi : 11h 00 à 17h 00
Jeudi, vendredi et samedi : 14h 00 à 19h 00

1. legende temporaire

legende temporaire image