15/05/10 > 31/05/10

Ecole supérieure des beaux-arts d'Angers

Mai 2010. Conférences. Les étudiants exposent


CONFÉRENCES


Raffaele
GASTAMACCHIO, enseignant de peinture à Lecce (Italie)
ESBA / mardi 11 mai de 17h à 19h

Marcelline DELBECQ, artiste
ESBA / mardi 18 mai de 17h à 19h

DYSTOPIA. Ruines du futur #2, Château d’Oiron, Centre des monuments nationaux (79)

Du 15 mai au 13 juin.  Travaux à partir de textes de Dick et Ballard,.
Ruines du futur #2

Cette exposition fait suite à l’atelier de recherche et de création (ARC) « Réelles Fictions » dirigé par Pierre BESSON, Philippe HURTEAU et Christophe LE GAC.
Le principe de cet atelier transversal est de partir de textes littéraires, de retenir de cette lecture certains éléments et de s’en servir pour amorcer une production artistique, tous medium confondus, en vue d’une création de l’ordre de la transposition et non de l’illustration.  A partir de textes communs, chaque étudiant mène sa propre recherche.
En 2010,  Ruines du futur est le troisième volet d’un cycle initié deux ans auparavant par un travail autour de  Philip K. Dick.  L’ile de Béton, ensuite, avait pris pour objet la trilogie de J.G Ballard
A travers Dick et Ballard – hâtivement classés dans la S.F-  s’élabore une réflexion sur une « topographie du réel et du virtuel » travaillée par les mythologies et les angoisses propres à notre époque. Les Ruines du futur (titre d’un essai d’Yves Stourdzé écrit en 1979) s’attache à la dialectique utopie / dystopie, via un panel de textes inspirés par le renversement de l’utopie en son cauchemar négatif (Zamiatine, Huxley, Orwell, Bradbury, Gibson …). La science-fiction est considérée comme un moyen de parler du présent, de ses dangers, de critiquer les rapports sociaux ; d’explorer l’intériorité schizophrénique de l’individu consommateur de technologies dans un monde prenant conscience de sa finitude.
Chacun à sa manière, les travaux des étudiants exposés prennent en compte les questions  sociales, écologiques, politiques et l’interrogation existentielle fondamentale soulevées par ces textes visionnaires.

La matière du paysage. Île de Baure (49) – Mai / septembre.

Les rapports entre paysage naturel et paysage artificiel. Artiste invité : Jérôme Boutterin.
Chaque année, des étudiants travaillant dans un atelier de recherche et de création « Paysages-mutation » investissent une île sur la Loire, île de Baure (commune de La Ménitré). Ce travail analyse le rapport entre paysage naturel et paysage artificiel et propose d’inventer un jardin. Ce morceau de paysage, par stratifications successives, est aussi un petit objet d’art.
Direction : Christian Rouillard, Etienne Poulle, artiste invité : Jérôme Boutterin.
Visible à l’occasion de la manifestation « Mystère de Loire »
Le dimanche 16 mai de 10h à 18h
Le dimanche 30 mai et le samedi 19 juin à 18h
Navette avec le bateau « Loire de Lumière », embarquement à La Ménitré, Port Saint-Maur
Réservation au 02 41 57 01 82
Exposition jusqu’au mois de septembre ouverte au public sur demande.

Frontière. Château d’Angers. A partir du 25 mai.

Propositions plastiques des étudiants autour de la question de la frontière et de l’enfermement.
Dans le cadre de l’atelier de recherche et de création « Installation-vidéo » dirigé par Isabelle Lévénez et Alain Declercq, l’exposition présente un travail d’installation qui met en rapport un espace du château d’Angers (monument national) et une proposition plastique des étudiants autour de la question de la frontière et de l’enfermement.
Exposition en partenariat avec le château d’Angers et l’école supérieure des beaux-arts d’Angers.

 

Ecole supérieure des beaux-arts d'Angers
Hôtel d'Ollone
  72 rue Bressigny, 49100 Angers

Tél. +33 241 241 350

contact@esba-angers.eu

www.esba-angers.eu

1. legende temporaire

legende temporaire image