21/06/15 > 06/08/15

Les Beaux Jours

Bazouges-la-Pérouse


Galerie Laizé - Rachel Labastie

Les œuvres de Rachel Labastie révèlent l’antagonisme de la nature humaine. “ J’entends ici par antagonisme l’insociable sociabilité des hommes, c’est à dire leur  penchant à entrer en société, penchant lié toutefois à une répulsion générale à le faire, qui menace constamment de dissoudre cette société ” [1]1.Emmanuel Kant, Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique. 1784. Les sculptures et les céramiques de l’artiste symbolisent cette ambivalence : elles signifient à la fois l’homme et son appétence à s’unir, partager et communiquer et cette insociabilité qui le pousse à la destruction, la servilité ou l’enfermement.
Dans le cadre de l’exposition, Rachel Labastie présente trois œuvres inédites produites par Le Village. Roues, réalisée en collaboration avec la vannière Gweltazenn Lesacher, Liberté Liberté Chérie, une installation sculpturale créée en briques de terre cuite rouge et Territoires, impressions et dessins sur plaques de porcelaine.
Rachel Labastie a obtenu son diplôme à l’Ecole des Beaux-Arts de Lyon

 

Galerie Rapinel - Gisèle Bonin

Les dessins de Gisèle Bonin font corps au papier. Leurs factures les associent à des empreintes, des fragments estampés ou des révélations photographiques. C’est cette dimension à la fois spectrale et physique, délicate et dramatique qui confère à ses dessins une réalité impalpable proche du linceul. 
A la galerie Rapinel, Gisèle Bonin poursuit cette quête exaltée du corps : « Sans doute en raison d'une histoire personnelle marquée et définie par le secret sous toutes ses formes, et par les questions d'identité, le travail en cours "Collection", se dirige au plus près de ces deux points de vie majeurs : l'identité : celle de l' « autre » et , en regard, juxtaposée ou arrachée, la mienne. »
Gisèle Bonin a obtenu son diplôme à l’Ecole des Beaux-Arts d’Angers

 

Galerie Thébault - Clothilde Auger

Comme dans de nombreux territoires français, le Pays de Fougères réhabilite d’anciennes entreprises ou bâtiments religieux. Des carrières sont devenues des espaces naturels et certains édifices ou commerces ont été transformés en centres d’art comme le couvent des Urbanistes à Fougères ou Le Village à Bazouges. Clothilde Auger s’intéresse à ces mutations industrielles et sociales qui modifient le paysage culturel et touristique d’un territoire. 
Elle présente à la galerie Thébault deux séries complémentaires. La première intitulée Granit, est une exploration photographique de carrières bretonnes. Accompagnées d’eaux fortes conçues à partir d’empreintes de ses mains, elle met en perspective deux techniques ancestrales : la taille et l’empreinte. Au premier étage elle présente une partie de ses recherches réalisées dans le cadre d’une residence qu’elle effectue actuellement à Rennes au couvent des Jacobins. Fiction documentaire, l’artiste rend compte de manière subjective de la mutation d’un édifice religieux en centre des congrès.
Clothilde Auger a obtenu son diplôme à l’Ecole européenne supérieure d'art de Bretagne, site de Rennes

Dimanche 21 juin, 12h>18h : vernissage, projection et installation sonore
* 12h Galerie Laizé : Vernissage de la saison des Beaux Jours. Inauguration de l'œuvre pérenne de Guénaël Hautbois, «Figures»
* 13h – 18h Terrasse de la galerie Laizé Installation sonore : Carte blanche à Micro-sillons
* 15h Salle polyvalente du foyer de vie de Bazouges : Projection : Muriel Bordier, Tourista

 

Les expositions sont ouvertes du mardi au dimanche de 14h30 à 18h30.

Tous les jours ouvrables entre le 21 juin et le 6 septembre
Un journal de comptoir : Le Morning, de Sébastien Reuzé

Bar pizzeria Le Night

29 & 30 août à Bazouges-la-Pérouse, 14h-20h
Fête de l'agriculture :
Projection de films de Patrice Goasduff

 

Le village, site d'expérimentation artistique
10 rue de l'Église  35560 Bazouges-la-Pérouse
Tél. 02 99 97 43 60
contact@association-levillage.org
www.association-levillage.org

1. legende temporaire

legende temporaire image